Chemin de traverse

Jules Gabriel Janin

Jules Gabriel Janin

Je l’avoue ; en commençant cette histoire je me sens au cœur je ne sais quelle innocente joie poétique que je croyais déjà bien loin de moi. Mon âme est émue tendrement au récit que je vais me faire à moi-même avant de vous le faire à vous autres.

D’où me vient cette joie inaccoutumée ? D’où me vient cet intérêt étrange pour mon héros ? Pourquoi cette fable vulgaire me paraît-elle, à l’heure qu’il est, si pleine d’intérêt-et de charme ?

Cela vient-il du léger vent qui souffle, soulevant les cheveux de ma tête et calmant les passions de mon cœur ; ou bien suis-je dominé, à mon insu, par l’influence du grand arbre, au sommet duquel grimpe le léger écureuil, pendant que l’indulgent soleil de septembre voile sa face d’un léger nuage, pour mieux laisser chanter, l’oiseau qui chante au sommet de l’arbre et le poète qui écrit à ses pieds ? Non, ce n’est pas cela, ma joie tient à une autre cause ; mon bonheur est au-delà de ces arbres, de ce zéphyr, de cette rivière, de cet oiseau, de ces chants, de ces murmures. En effet, le vent tomberait tout à coup sur l’oiseau et sur moi et sur le grand arbre, chassant l’oiseau, brisant l’arbre, et emportant avec les feuilles desséchées du tilleul, ces pauvres feuilles volantes que j’écris là ; eh bien! je serais encore tout aussi heureux qu’à présent ; j’irais me mettre à l’abri du vent et de l’orage, et semblable à l’industrieuse araignée qui recommence sa toile et qui se joue dans ses fils déliés, je recommencerais ce livre une troisième fois et je me jouerais, toujours avec le même bonheur, dans ce frêle tissu d’araignée sorti tout brodé de ma tête et de mon cœur.

Or, enfin, voulez-vous donc savoir pourquoi je suis si heureux aux premières pages de cette histoire ? c’est que c’est là encore un récit rempli de jeunesse, rempli de passions , et dont le héros n’a que vingt ans.

Jules Gabriel Janin

Jules Gabriel Janin écrivait « chemin de Traverse » au premier quart du XIXe siècle. Il ne savait pas alors que quelques décennies plus tard l’introduction de son ouvrage « Chemin de traverse » servirait d’introduction ou d’explication à une œuvre électronique sans prétention. Savait il au moins qu’un jour ; pouvait il imaginer même, que sa plume serait un jour portée par un courant numérique ?

Thésaurus est un blog destiné à partager mes lectures qui ne trouvent aucune place ailleurs. Je parcours les bibliothèques depuis tellement de temps qu’il me fallait un espace pour y déposer quelques extraits choisis qui ne servait pas ma cause principale mais qui avait, pour moi, un intérêt à être partagés. Vous trouverez donc au fil de ce blog textes et illustrations une vue du Patrimoine, de l’histoire et du bâti qui n’a pas eu directement sa place sur mon site principal mais qui évoquait suffisamment pour que j’ai eu envie de le partager.

Cette aventure n’aurait pu exister sans un concours de circonstances qui mit perso-blogs.com sur mon chemin ; qu’il en soient remerciés ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>