La majestueuse splendeur de ce fond de golfe, son importance stratégique, ont attiré de tout temps l’attention des prêtres et des hommes de guerre.

De tout temps, le cône granitique, de 75 mètres de hauteur, qui constitue la base du Mont Saint-Michel, a été surmonté d’un temple et d’une forteresse. Les Gaulois y avaient un collège de druidesses, où elles rendaient des oracles. Les Romains, maîtres des Gaules, abolirent le culte des druides et élevèrent un autel à Jupiter sur le Mont, qui prit alors le nom de Mons Jovis (Mont de Jupiter), d’où celui de Mont-Jou.

Lieux

Le clocher est un édifice ordinairement très élevé, dans lequel on suspend les cloches. Nous le distinguerons du campanile, en ce qu’il fait partie du corps d’une église, lorsque le campanile en est entièrement séparé. Nous le distinguerons encore de la tour, en ce qu’il se termine par une pyramide ou un toit apparent, et que la tour finit par une plate-forme.

Saint-Roch, pourrait-on dire, a un campanile : Notre-Dame a des tours : l’abbaye Saint-Germain a des clochers.

Architecture

Le mot « charpente » signifie, dans son acception la plus générale, tout assemblage de gros bois, quelle que soit sa destination. Mais l’emploi le plus commun de cette sorte d’assemblage est celui qui s’applique, dans le plus grand nombre de pays, à la construction des maisons entières. Effectivement, même là où l’on emploie la pierre et d’autres matériaux à la bâtisse des habitations, le bois, et par conséquent le travail de la charpente, y entre dans beaucoup de parties, telles que les combles, les planchers, les cloisons, les voûtes, les cintres, les escaliers, etc.

Architecture

Le mot « chapiteau » vient de l’italien capitello, et dérive, comme celui-ci, du mot latin caput, tête. Ainsi, l’étymologie de ce mot donne la définition la plus vraie de ce qu’il exprime ; car le chapiteau est véritablement la tète de la colonne. La colonne étant, dans l’art de bâtir, un objet qu’on peut dire commun à tous les peuples, le chapiteau, en tant que tête de la colonne, est aussi un objet qu’on peut regarder, à peu d’exceptions près, comme tenant aux habitudes générales de toutes les architectures, soit qu’on le considère sous le rapport du besoin, soit qu’on l’envisage du côté de l’ornement.

Architecture

C’est un assemblage de marches ou de degrés par lesquels on monte ou l’on descend d’un lieu à un autre. Les notions que pourrait embrasser cet article, si l’on voulait y renfermer tout ce qui concerne les variétés de formes, de pratiques et de modes de construction, dépendants soit des matériaux, soit des usages, soit des lieux, soit des pays, deviendraient la matière d’un long traité. N’ayant à envisager ici cette matière que sous le rapport d’architecture, soit chez les anciens, soit dans les temps modernes, nous nous contenterons d’en indiquer les principales variétés en les resserrant sous deux seuls points de vue, l’un relatif à l’antiquité, l’autre relatif aux temps modernes.

Architecture

On appelle ainsi une construction terminée en-dessous par une surface courbe pratiquée dans l’épaisseur d’un mur ou massif, quelquefois au dessus d’un vide, et quelquefois en plein mur, pour servir à décharger et à relier des constructions considérables. Il y a trois choses principales à considérer dans les arcs savoir : la courbure ou l’élévation du ceintre, l’appareil, et la matière dont ils sont construits.

Architecture

Il est impossible de fixer l’époque de la fondation de Tarascon. Strabon qui vivait sous Auguste et Ptolémée sont les seuls auteurs qui parlent de cette ville, et ils la citent sans entrer dans aucun détail. Il est probable cependant, d’après d’anciennes médailles grecques trouvées sur les lieux et dans les environs, que Tarascon était un comptoir fondé, postérieurement au passage d’Annibal , par les Phocéens établis à Marseille, c’est-à-dire deux cents ans à peu près avant Jésus-Christ. Quoiqu’il en soit, on peut regarder cette ville comme une des plus anciennes de la Provence.

Lieux

Toutes les fois que, dans un but quelconque, on a à remonter le cours des âges, on se heurte inévitablement contre l’incertain. On dirait le passé jaloux des mystères dont se voile l’avenir, cherchant aussi à se dérober à la curiosité de l’homme. Aussi, cette phrase stéréotypée que l’on trouve au début de tant de récits historiques, peut-elle s’appliquer à Hyères, et nous pouvons commencer, comme tant d’autres l’ont fait, en disant que « l’histoire d’Hyères se perd dans la nuit des temps. »

Lieux

Tout le monde connaît le château de Fontainebleau ; aussi n’entrerons-nous pas dans une description détaillée de cette fameuse résidence royale, nous sortirions des limites que nous nous sommes imposées. Suivons sommairement l’histoire de ce palais jusqu’à François Ier.

Renaissance

Nous citerons encore, et seulement pour mémoire, les châteaux de Villers-Cotterets, de Follembray, de Chantilly, et celui de la Muette, qui fut commencé après celui de Saint-Germain.

Renaissance